Articles / Facteurs de changement

Les routes glacées pourraient-elles devenir chose du passé?

Par Aviva Canada, le

Le béton conducteur d’électricité pourrait révolutionner la façon dont la neige et la glace sont déblayées sur les routes.La conduite hivernale peut s’avérer un défi de taille, en particulier lorsque la neige et la glace recouvrent les routes. Les Canadiens sont conscients des dangers associés aux routes enneigées et glacées et du défi que représentent pour les municipalités le déneigement et le déglaçage des routes en hiver.

Selon un article paru en 2016 dans le Canadian Medical Association Journal, près de 12 % des décès et des blessures de la route au Canada découlent des mauvaises conditions routières par temps froid. Lisez l’article au complet ici (en angl. seulement).

Toutefois, grâce aux avancées dans le domaine du béton et de l’asphalte, il pourrait bientôt s’agir d’une chose du passé.

Chris Tuan, professeur de génie civil à l’Université du Nebraska, se penche depuis 30 ans sur la question du déglaçage des routes. Il a mis au point une méthode qui consiste à utiliser un béton renforcé de fibres d’acier pour chauffer la chaussée par l'action d'un courant électrique en basse tension conduit par l’acier.

En 2002, en collaboration avec le ministère du Transport du Nebraska, Chris Tuan a lancé un projet quinquennal d’essai de fonte avec son béton conducteur sur le pont Roca Spur, d’une longueur de près de 46 mètres, au Nebraska. Il a constaté qu’un courant de 208 volts circulant à travers les fibres d’acier suffisait à garder la surface du pont exempte de neige et de glace pendant toute la durée de l’essai. Le pont Roca Spur est toujours revêtu de ce même matériau novateur pour la fusion de la neige et de la glace. Plus de détails ici (article en angl. seulement).

D’autres chercheurs explorent également de nouvelles façons de rendre les routes plus sûres en hiver.

Apprenez-en davantage (article en angl. seulement) sur les moyens que les chercheurs explorent pour empêcher la glace et la neige de s’accumuler sur les routes grâce à l’huile de paraffine.

Une autre étude examine les avantages de traiter l’asphalte avec du formiate de potassium, un sel qui se dissout dans l’eau et qui réduit son point de fusion, accélérant ainsi la fonte de la neige et de la glace.  Plus de détails ici (article en angl. seulement).

Une chose est sûre : les Canadiens n’en ont pas fini avec la neige et la glace, et il est donc important et pressant de trouver des moyens d’en libérer nos routes le plus rapidement et le plus efficacement possible pour améliorer la sécurité routière pour tous.

« Bien que les actions prises pour améliorer la sécurité routière aient contribué à la diminution des décès de la route, les Canadiens semblent en être venus à s’attendre à un certain nombre de collisions meurtrières sur les routes et les autoroutes en hiver. En effet, le Canada ne s’en tire pas aussi bien que d’autres pays aux hivers enneigés. On y enregistre, par exemple, deux fois plus d’accidents automobiles mortels qu’en Suède (après pondération en fonction de la population) ». - Diane Kellsall et Donald A. Redelmeier, « Winter Road Safety is No Accident » (article en angl. seulement)