Sécurité Routière Primaire.

Guide du Programme de sécurité routière au niveau primaire

Les faits :

  • Les embouteillages et les comportements dangereux des conducteurs sont fréquents dans les zones scolaires aux heures où l’on dépose et reprend les enfants. Ces conditions dangereuses peuvent mettre les enfants en danger, surtout si l’on tient compte du fait que les petits ne sont pas toujours conscients de leur environnement ni prudents.

  • Dans l’ensemble, les blessures subies par les piétons et les cyclistes comptent parmi les principales causes de décès et d’hospitalisation chez les jeunes.

  • Seulement 25 % des enfants et des jeunes de 5 à 17 ans utilisent le « transport actif », c’est-à-dire la marche, le vélo, le patin à roues alignées, la planche à roulettes, la trottinette, la course ou le jogging. Ainsi, des enfants qui pourraient se rendre à l’école à pied ou à vélo sont déposés en véhicules automobiles. (Source : Institut canadien de la recherche sur la condition physique et le mode de vie)

 

Le Programme de sécurité routière au niveau primaire vous donnera les outils nécessaires pour aborder et résoudre les problèmes de sécurité dans les zones scolaires de votre collectivité. Vous apprendrez à :

  • Évaluer les risques,
  • Faciliter l’engagement communautaire avec les principaux intervenants,
  • Identifier et déterminer les interventions structurelles appropriées.

 

Le programme décrit un ensemble d’étapes à suivre et de ressources à utiliser par les collectivités qui souhaitent améliorer la sécurité dans leurs zones scolaires et augmenter le nombre d’enfants qui se rendent à l’école et en reviennent par un moyen de transport actif. Le programme s’adresse aux enfants de moins de 14 ans qui fréquentent l’école primaire.

 

Bien, à présent, commençons!

Étape 1 : Former une équipe de direction de la sécurité routière au niveau primaire (SRNP)

Réunissez divers intervenants pour former l’équipe gagnante qui fera de votre projet de sécurité routière au niveau primaire une réussite. L’équipe devrait être formée d’un comité scolaire, du gouvernement local, de planificateurs et de représentants des forces de l’ordre qui ont le pouvoir de mettre en œuvre des changements.

 

Conseils : Demandez la participation d’un comité déjà en place dans votre école (p. ex, conseil de parents, comité de sécurité, comité des déplacements actifs). L’administration de votre école est aussi une bonne alliée et pourra vous aider à recruter les membres de votre équipe.

 

Recommandations pour les membres de l’équipe :

  • Parents
  • Enseignants
  • Représentant(e) des élèves de 7e et de 8e année
  • Représentant(e) du service municipal de santé publique ou de planification
  • Représentant(e) des forces de l’ordre
  • Groupes cyclistes locaux
  • Bureau du conseiller municipal
  • Commissaire d’école local(e)

Étape 2 : Organiser et planifier la première réunion d’équipe

Une fois votre équipe de direction formée, vous serez prêt à planifier votre première rencontre. Vérifiez auprès des autorités locales s’il existe des données sur la circulation dans votre zone scolaire et étudiez ces renseignements dès le début du processus.

Vous devrez établir un plan pour recruter des bénévoles, puis répartir entre eux les tâches de collecte de données et le travail d’enquête. Vous devrez en effet recueillir les renseignements dont vous avez besoin avant de prendre des décisions sur les interventions de sécurité à mettre en place dans votre zone scolaire.

Étape 3 : Recueillir les commentaires

Posez à votre équipe de la sécurité routière au niveau primaire (SRNP) et à l’administration de l’école les questions suivantes sur les besoins immédiats perçus pour la zone scolaire :

  • Selon vous, quels sont les problèmes de sécurité qui posent le plus de risques pour les piétons et les cyclistes dans votre communauté scolaire?
  • Selon vous, quels sont les problèmes de sécurité qui posent le plus de risques dans votre communauté scolaire?
  • Comment voulez-vous présenter le projet de sécurité routière au niveau primaire à votre école?

Étape 4 : Évaluer votre zone scolaire

Avant d’envisager toute intervention de sécurité aux abords de votre école, votre communauté devrait évaluer votre zone scolaire. Vous utiliserez l’information que vous recueillerez pour vous aider à choisir les interventions les plus appropriées, fondées sur des données probantes. Une fois vos interventions faites, vous devriez évaluer de nouveau la zone scolaire pour mesurer le changement. Certains des critères de mesure que vous recueillerez avant et après le début des interventions porteront sur les éléments suivants :

  • Renseignements sur les comportements de conduite dans la zone scolaire;
  • Moyens par lesquels les enfants se rendent à l’école (p. ex., en marchant, à vélo ou accompagnés en voiture);
  • Caractéristiques matérielles dans la zone scolaire (p. ex., panneaux de limitation de vitesse);
  • Avis des parents et des autres personnes qui s’occupent de l’enfant sur les dangers liés à la circulation à proximité de l’école.

 

La mesure du changement est importante, car elle vous aidera à déterminer si les interventions que votre collectivité a mises en place ont les effets escomptés, comme la diminution de la vitesse des véhicules, l’adoption de comportements de conduite plus sûrs ou la baisse du nombre de blessures.

 

 

Remplir le Formulaire de contrôle de site

Vous pouvez utiliser cet outil pour recueillir de l’information sur les caractéristiques physiques de chaque route qui délimite l’école. Ces renseignements vous aideront à décider des nouvelles caractéristiques à ajouter à la zone afin d’améliorer la sécurité des enfants qui se rendent à l’école et en reviennent.

 

Quand utiliser cet outil

  • Effectuez le premier contrôle de site avant d’apporter des changements matériels à la zone entourant l’école (p. ex., installation de nouveaux panneaux ou modification des limites de vitesse).
  • Effectuez un contrôle de suivi une fois que toutes les interventions ont été faites et que tous les changements matériels ont été apportés aux routes entourant l’école.

 

Comment utiliser cet outil

  • Déterminez le secteur à observer. Il devrait inclure les routes à proximité immédiate de l’école.
  • Selon le nombre de routes qui délimitent l’école, il vous faudra environ trois observateurs pour recueillir les renseignements.
  • Attribuez à chaque observateur une route à contrôler. Marchez d’un bout à l’autre de la route et à l’aide du formulaire, cochez toutes les caractéristiques que vous voyez.
  • Pour de plus amples renseignements, consultez le Traffic Calming Guide de la ville de Toronto (angl. seul.).

 

 

Remplir la Liste de contrôle de la sécurité pour l’automobiliste et le piéton

Cette liste de contrôle vous aidera à recueillir de l’information sur les comportements dangereux des conducteurs et des piétons aux alentours de l’école à l’heure où l’on dépose les enfants le matin.

Cet outil sera utilisé de nouveau après la mise en œuvre des interventions dans la zone scolaire pour déterminer s’il y a eu amélioration, c’est-à-dire si on observe maintenant des comportements de conduite moins dangereux aux abords de l’école.

 

 

Quand utiliser cet outil

  • Remplissez une première liste de contrôle à l’automne, par beau temps et lorsqu’aucun événement particulier n’est prévu (p. ex., semaine « Aller en vélo à l’école »).
  • L’année suivante, faites un suivi en remplissant une deuxième liste de contrôle à peu près le même jour et dans des conditions météorologiques similaires après que toutes les interventions et tous les changements matériels ont été effectués sur les routes entourant l’école.

 

Comment utiliser cet outil

  • Il vous faudra deux observateurs debout placés aux côtés opposés de l’école (p. ex., un près d’un terrain de stationnement et un près de l’avant de l’école).
  • Effectuez le contrôle sur une période de 20 minutes – 15 minutes avant que la cloche sonne et cinq minutes après.
  • Chaque observateur indiquera s’il a vu chaque comportement au moins une fois à l’école. Remarque : il ne s’agit pas de compter le nombre de fois où le comportement a été observé, mais seulement d’un indicateur (oui/non) permettant de savoir si le comportement a été observé au moins une fois.
  • Une fois que les observateurs ont rempli chacun leur liste de contrôle, ils devraient combiner leurs observations pour déterminer quels comportements ont été observés dans cette école précise.

 

 

Remplir le Formulaire de décompte par observation

Ce formulaire vous aidera à recueillir des renseignements sur le mode de transport des enfants – comment ils se rendent à l’école, que ce soit en marchant, en roulant ou en tant qu’occupant d’un véhicule – le matin à l’heure de la rentrée. La collecte de ces renseignements vous aidera à savoir si l’une ou l’autre de vos interventions a contribué à faire augmenter le nombre d’enfants qui utilisent des moyens de transport actif comme la marche, le vélo, la trottinette ou les patins à roulettes pour se rendre à l’école.

 

 

Quand utiliser cet outil

Effectuez un premier décompte par observation au cours des premiers mois de l’année scolaire, par beau temps et lorsqu’aucun événement particulier n’est prévu (p. ex., semaine « Aller en vélo à l’école »).

L’année ou les années suivantes, faites un décompte de suivi à peu près le même jour et dans des conditions météorologiques similaires après que toutes les interventions ou les réaménagements matériels ont été effectués sur les routes entourant l’école.

 

Comment utiliser cet outil

  • Il vous faudra deux observateurs debout placés aux côtés opposés de l’école (p. ex., un près d’un terrain de stationnement et un près de l’avant de l’école). Chaque observateur compte combien d’enfants utilisent un mode de transport spécifique pour se rendre à l’école.
  • S’il s’agit d’une très grande école (600 élèves ou plus) avec un taux de fréquentation élevé, il vous faudra peut-être un troisième observateur.
  • Effectuez le décompte sur une période de 20 minutes - 15 minutes avant que la cloche sonne et cinq minutes après.
  • Chaque observateur indique si chaque élève qui arrive à l’école est déposé en voiture (occupant de véhicule), s’il est à pied (piéton), à vélo (bicyclette ou tricycle) ou en trottinette ou patins à roulettes.
  • Au bout de 20 minutes, chaque observateur totalise le nombre compilé pour chaque mode de transport (c.-à-d., occupants de véhicules, piétons, personnes circulant à vélo ou en tricycle et personnes circulant en trottinette ou en patins à roulettes).
  • Une fois que tous les observateurs ont terminé leur décompte, additionnez les totaux pour chaque mode de transport pour obtenir le décompte définitif des moyens de transport pour l’école.

 

Conseils

  • Lors du décompte de suivi après la mise en œuvre des interventions, les observateurs doivent essayer de se tenir au même endroit que lors de leur première démarche. Ce lieu sera précisé dans le Formulaire de décompte par observation, à la partie « Détails sur le lieu d’observation ».

  • Certains parents peuvent se rendre en voiture à un endroit près de l’école, se garer, puis marcher avec leurs enfants jusqu’à l’entrée principale. Surveillez les clés : en général, les parents qui conduisent leurs enfants à l’école ont les clés de leur voiture en main.

  • Parfois, les parents qui accompagnent leurs enfants à l’école à pied sont également accompagnés d’un autre enfant, comme un frère ou une sœur plus âgé ou plus jeune, qui n’est pas un élève de l’école. Surveillez les sacs à dos et assurez-vous que l’enfant entre bien dans l’école avant de l’inclure dans votre décompte.

 

 

Faire remplir le Questionnaire pour la personne qui s’occupe de l’enfant

Utilisez cet outil pour recueillir de l’information auprès des parents des élèves et des personnes chargées de leur garde (« fournisseurs de soins ») sur les habitudes de transport actif, la perception des obstacles liés au transport actif et la perception de la sécurité routière ou des dangers aux abords des écoles.

Comprendre pour quelles raisons les parents, les autres personnes qui s’occupent des enfants et les élèves eux-mêmes peuvent utiliser ou non le transport actif pour se rendre à l’école vous aidera à choisir des interventions fondées sur des données probantes qui seront susceptibles d’être efficaces dans votre collectivité.

 

 

Quand utiliser cet outil

  • Ce questionnaire devrait être remis aux parents et aux autres personnes qui s’occupent de l’enfant au début de l’année scolaire et être recueilli le plus tôt possible.
  • Il peut être utilisé comme outil d’engagement entre l’équipe de la SRNP et le « fournisseur de soins ».
  • Si votre école souhaite savoir si les perceptions en matière de sécurité routière ont changé ou non, vous pouvez faire remplir un questionnaire de suivi après avoir mis en œuvre vos interventions.

 

Comment utiliser cet outil

  • Demandez aux parents des élèves et aux fournisseurs de soins de répondre au questionnaire en remplissant les cases vides, en cochant les réponses les plus appropriées et en classant leurs réponses, le cas échéant.
  • Toute personne qui n’est pas un parent – notamment un(e) gardien(ne) rémunéré(e), un frère ou une sœur plus âgé, un grand-parent, un(e) voisin(e) - devrait être classée dans la catégorie « Gardien(ne) » aux fins du questionnaire.

Étape 5 : Passer en revue et communiquer vos conclusions

Vous pouvez à présent passer en revue toutes les données que vous avez recueillies au moyen du Formulaire de contrôle de site, de la Liste de contrôle de la sécurité de l’automobiliste et du piéton, du Formulaire de décompte par observation et du Questionnaire pour la personne qui s’occupe de l’enfant. Il pourrait être avantageux d’établir un partenariat avec un évaluateur professionnel des données pour faire l’examen et l’analyse de vos résultats. Présentez vos conclusions à l’équipe de direction de la SRNP et à l’administration scolaire.

 

L’équipe responsable du projet de SRNP devrait ensuite tenir des consultations communautaires et collaborer avec les intervenants pour établir des priorités en matière de sécurité en fonction des données.

Étape 6 : Planifier vos interventions

Établissez un partenariat avec un expert municipal en planification ou en ingénierie pour déterminer des possibilités d’intervention appropriées et réalisables.
Votre projet de sécurité routière au niveau primaire devrait viser de trois à cinq interventions axées sur les changements à apporter aux infrastructures. Vous devrez évaluer quelles interventions seront possibles dans votre municipalité.

 

Voici les avantages et les inconvénients de certaines interventions qui pourraient être envisagées pour votre zone scolaire.

 

Passages pour piétons : signaux ou bandes zébrées

  • Avantages:
    • Variété d’options (gyrophares rectangulaires à clignotement rapide, marquages zébrés)
  • Inconvénients:
    • Peut être coûteux, selon les signaux sélectionnés

Aire d’arrêt minute (nouvelle ou réaménagée conception)

  • Avantages:
    • Espace conçu pour déposer et venir chercher les enfants qui se rendent à l’école et en reviennent
  • Inconvénients:
    • Trop de voitures au même moment dans l’espace
    • Les parents considèrent qu’il s’agit d’un espace pour déposer les enfants et laisser la voiture

Panneaux indicateurs de vitesse

  • Avantages:
    • Espace conçu pour déposer et venir chercher les enfants qui se rendent à l’école et en reviennent
    • Facile à mettre en œuvre : les panneaux peuvent être déplacés à différents endroits autour de l’école (c.-à-d. non permanents)
  • Inconvénients:
    • Effets à court terme sur la vitesse (directement devant les panneaux)

Réduction de la limite de vitesse : de 40 km/h à 30 km/h

  • Avantages:
    • Facile à mettre en œuvre
    • Réduit les blessures graves chez les enfants lorsque la limite est égale ou inférieure à 30 km/h
  • Inconvénients:
    • Peut requérir des mesures d’application de la loi par la police pour être efficace

Bordures de modération de la circulation

  • Avantages:
    • Faciles à mettre en œuvre
    • Rentables
  • Inconvénients:
    • Ne sont pas disponibles dans toutes les municipalités

Aires de débarquement scolaire désignées

  • Avantages:
    • Peuvent réduire la congestion et le double stationnement ou divers autres comportements liés à la conduite dangereuse
  • Inconvénients:
    • Besoin d’infrastructures et d’espace existants

Dos d’âne allongés

  • Avantages:
    • Efficaces pour réduire les collisions et les blessures graves
  • Inconvénients:
    • Coûteux
    • Longue durée de mise en œuvre

Restrictions de stationnement

  • Avantages:
    • Faciles à mettre en œuvre
    • Rentables
    • Diminuent la congestion
  • Inconvénients:
    • Peuvent faire augmenter la vitesse

Caméras automatisées d’application de la loi

  • Avantages:
    • Indicateur supplémentaire de la vitesse à proximité des écoles
  • Inconvénients:
    • Coûteuses
    • Nécessité de faire appel à des partenaires municipaux
    • Préoccupations liées à la protection de la vie privée

 

Étape 7 : Étudier les moyens de financer votre projet

Établissez un budget annuel et un plan de financement pour appuyer les interventions et le travail du projet. N’oubliez pas que le programme complet représente un investissement de deux à trois ans afin d’allouer du temps pour la recherche, la consultation, le travail avec les responsables locaux, la mise en œuvre des mesures de sécurité et l’évaluation visant à savoir si ces mesures permettent de changer les choses.

  • Décidez de la façon dont les frais d’intervention seront couverts et comment en poursuivre le financement : un programme municipal est-il offert?
  • Êtes-vous en mesure de recueillir des fonds?
  • Quelles autorisations pourriez-vous devoir obtenir de votre municipalité?

Étape 8 : Planifier une campagne de sensibilisation

Pour finir, planifiez et menez une campagne de sensibilisation pour le lancement public du projet de SRNP dans votre collectivité. Voici quelques conseils et des exemples de campagnes visant à encourager la marche, le vélo et d’autres moyens de transport actif, et à décourager les mauvais comportements des conducteurs.


Campagnes éclair On marche

  • Sensibilisez la population à la marche et envisagez des moyens d’accroître le nombre de routes sûres et favorables aux déplacements actifs pour les allers-retours entre l’école et le domicile.
  • Organisez une campagne d’affichage ou un concours artistique pour promouvoir la marche et le cyclisme chez les enfants.
  • Créez un facteur de motivation. Décernez un modeste prix au meilleur marcheur du mois ou organisez un petit déjeuner santé le matin pour ceux qui choisissent de marcher un jour précis.
  • Concevez un projet de pédibus (autobus pédestre), dans le cadre duquel les enfants marchent ensemble, accompagnés d’éducateurs et de policiers, à partir de divers points de rencontre autour de l’école.
  • Octobre est le Mois international J’marche pour aller à l’école (J’marche). Jetez un coup d’œil à ces ressources et programmes pour appuyer vos efforts visant à encourager un plus grand nombre d’enfants à se rendre à l’école à pied.

 

Campagnes éclair On pédale et on roule

  • Offrez aux élèves une formation « On pédale et on roule » dispensée par votre agent de sécurité routière local afin qu’ils puissent s’exercer à rouler en toute sécurité en dehors de la circulation.
  • Lancez une campagne d’affichage indiquant les pistes cyclables locales et les emplacements de stationnement pour les vélos et autres engins à roues.
  • Créez un prix d’encouragement du « cycliste du mois ». Plus l’élève se rendra souvent à l’école à vélo, plus il aura de participations au tirage d’un vélo gratuit, par exemple.
  • Faites ajouter des places de stationnement pour les bicyclettes et autres engins à roues dans un endroit visible sur le terrain de l’école.
  • Organisez un événement « Réparons les vélos ». Demandez aux élèves d’apporter leurs vieux vélos et organisez un atelier de mécanique pour remettre ces vélos en état de fonctionner.
  • Prévoyez une activité à l’occasion du Mois du vélo en mai et de la semaine de la rentrée scolaire. Il existe de nombreux conseils et astuces tirés d’autres événements qui vous donneront des idées pour votre école.

 

Campagnes éclair sur la marche au ralenti et le stationnement illégal

Ces campagnes visent à changer le comportement des parents et des adultes.

  • Créez un programme fictif de contraventions pour les agents des forces de l’ordre et les élèves bénévoles qui distribueront de fausses contraventions aux conducteurs de véhicules tournant au ralenti dans une zone donnée ou stationnés illégalement (aux passages pour piétons, sur des aires de panneaux d’arrêt ou encore en double file).
  • Discutez d’une campagne « Halte à la marche au ralenti » avec votre comité Écoles vertes, s’il en existe un dans votre école.
  • Demandez aux parents de signer un engagement à ne plus se stationner illégalement.

Merci et tenez-vous informé

Nous vous remercions des efforts que vous déployez pour rendre les abords de votre école plus sûrs pour les enfants piétons et cyclistes de votre quartier. Les collisions routières sont prévisibles et évitables, et même les plus petits changements peuvent contribuer grandement à réduire le nombre d’enfants blessés ou tués sur nos routes.

 

Nous voulons tout savoir sur votre projet de sécurité routière au niveau primaire! Gardez contact et adhérez au réseau Sécurité routière primaire pour échanger sur vos démarches et en découvrir plus sur les projets de SRNP mis en œuvre ailleurs au Canada.

Participez aux échanges sur les réseaux sociaux en utilisant les mots-clics suivants :

  • #SecuriteRoutierePrimaire
  • #UnisPourDesRoutesPlusSures
  • @parachutecanada
  • @AvivaCanada