Articles / Sécurité des automobilistes

MADD Canada parle des effets de l’alcool et du cannabis sur la conduite

Par Aviva Canada, le

CETTE PANDÉMIE EST LONGUE, TRÈS LONGUE

Un certain nombre de Canadiens se tourneraient vers l’alcool et le cannabis pour mieux supporter l’épreuve.

Selon Statistique Canada : « De nouvelles données indiquent que le contexte actuel pourrait avoir influencé les habitudes de consommation d’alcool ou de drogues des Canadiens. En outre, certains pourraient avoir eu plus de temps pour consommer de l’alcool ou du cannabis à des fins non médicales, alors que d’autres pourraient avoir tenté, en consommant plus qu’à l’habitude, de chasser l’ennui ou de lutter contre la solitude. »

Quels effets ce phénomène peut-il avoir sur la sécurité routière? MADD Canada a réagi en redoublant ses efforts de sensibilisation des Canadiens de tous âges aux risques de la conduite avec facultés affaiblies à l’occasion de la Semaine canadienne de la sécurité routière (du 18 au 24 mai).

 

« Sachant que la mission de MADD Canada est justement de lutter contre la conduite avec facultés affaiblies et compte tenu des nombreux rapports pointant vers une hausse de la consommation d’alcool et de cannabis pendant la pandémie de COVID-19, la Semaine canadienne de la sécurité routière est le moment idéal de revenir sur les effets de l’alcool et du cannabis sur la conduite automobile, et sur les lois concernant la conduite avec facultés affaiblies. » - Jaymie‑Lyne Hancock, présidente nationale de MADD Canada

Profitons de la Semaine canadienne de la sécurité routière pour revoir les règles de la route qui concernent la consommation d’alcool et de cannabis.Que devriez-vous savoir sur l’alcool au volant?

La plupart des Canadiens sont conscients du fait que l’alcool réduit les aptitudes de la personne au volant. Il affaiblit toutes les compétences dont vous avez besoin pour conduire prudemment ainsi que votre capacité à juger à quel point vos facultés sont affaiblies. Plus vous buvez, plus les effets sont marqués.

Selon MADD Canada, les conducteurs avec même une faible quantité d’alcool dans l’organisme sont plus susceptibles d’être impliqués dans une collision mortelle que les conducteurs sobres.

En 2018, le gouvernement du Canada a instauré une obligation de dépistage, qui autorise les forces de police à exiger un échantillon d’haleine de tout conducteur intercepté légalement.

La limite d’alcoolémie définie dans la loi est de 0,08 % pour l’ensemble du Canada. Tout conducteur qui dépasse cette limite s’expose à des amendes, à une suspension de longue durée de son permis de conduire, voire à une peine d’emprisonnement. La plupart des provinces ont fixé la limite d’alcoolémie à 0 % et interdisent aux jeunes conducteurs la consommation de toute drogue jusqu’à ce qu’ils atteignent un certain âge ou qu’ils aient terminé le programme provincial d’accès graduel à la conduite.

Saviez-vous que presque toutes les provinces et tous les territoires imposent des sanctions administratives pour un taux d’alcoolémie de 0,05 à 0,08 %? Il peut s’agir de suspensions administratives, de mises en fourrière et de l’utilisation obligatoire d’antidémarreurs éthylométriques Une sieste ne suffit pas pour dégriser

Les astuces pour dégriser comme boire une tasse de café, prendre une douche ou faire une petite sieste sont autant de mythes. Le temps est le seul moyen de faire baisser le taux d’alcool dans l’organisme. Si vous dépassez la limite légale, votre corps aura besoin d’environ six heures pour éliminer tout l’alcool.Que faut-il savoir sur le cannabis au volant?

Vue la légalisation relativement récente du cannabis, beaucoup de recherches sont en cours sur les effets de sa consommation sur la conduite automobile. Des études ont confirmé que le cannabis porte atteinte aux aptitudes de conduite, entraînant notamment des pertes d’attention et de concentration, un allongement du temps de réaction et une perception altérée du temps et des distances.

Selon MADD Canada, les experts suggèrent un minimum de quatre à six heures d’attente entre la consommation et la conduite. Par ailleurs, une personne qui n’a pas l’habitude d’en consommer devrait attendre plus longtemps, tout comme une personne qui consomme du cannabis avec d’autres drogues ou de l’alcool.

Si un agent de police a un doute raisonnable concernant la présence de drogue dans l’organisme d’un conducteur, il peut exiger une épreuve de coordination de mouvements ou un échantillon de liquide buccal. Le conducteur doit s’exécuter sur place, en bordure de la route. Si le conducteur échoue au test, l’agent est en droit d’exiger que le conducteur se soumette à une deuxième analyse de dépistage plus poussée. Un échec à cette deuxième analyse établit les fondements d’une accusation de conduite avec facultés affaiblies relevant du Code criminel.

Pour obtenir des renseignements plus détaillés sur le cannabis et la conduite automobile, consultez le site de MADD Canada.

L’engagement d’Aviva

Aviva est fière d’être partenaire de MADD Canada. Sa campagne de lutte contre la conduite avec facultés affaiblies est en parfait accord avec notre initiative Unis pour des routes plus sûres, qui a pour vocation de réduire le nombre de blessures et de décès sur les routes canadiennes. Nous estimons que l’approfondissement des connaissances sur les effets de l’alcool et du cannabis – et sur leurs conséquences sur l’aptitude à la conduite – aidera chacun d’entre nous à prendre les bonnes décisions.

Les renseignements contenus dans cet article sont donnés à titre informatif uniquement. Ils ne sauraient remplacer l’avis de professionnels ou d’experts en la matière.