Articles / Zones scolaires

La sécurité aux abords des écoles : la priorité pour les parents

Par Aviva Canada, le

MALGRÉ UNE PRÉSENCE RÉDUITE DES ÉLÈVES EN CLASSES, LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE EN ZONE SCOLAIRE NE S’EST PAS AMÉLIORÉE, SELON LES PARENTs

En 2020, la COVID‑19 a donné un sens nouveau à la rentrée scolaire à travers le pays. Certains élèves n’ont toujours pas repris le chemin des classes et reçoivent leur enseignement à la maison. Pour les autres, c’est un retour différent, ponctué de rappels de se tenir à distance des amis, de se laver les mains et de porter son masque. Tout cela fait partie de la nouvelle réalité dans laquelle évoluent les élèves canadiens, leur famille et leurs enseignants.

Il y a bien une chose qui n’a pas changé, cependant, et c’est l’inquiétude des parents concernant la sécurité routière aux abords des écoles que fréquentent leurs enfants. En effet, malgré une présence réduite des élèves dans les établissements, il continue d’y avoir de graves problèmes de sécurité à proximité qui mettent les enfants en danger. Un sondage national commandé par Aviva Canada et Parachute, l’organisme de bienfaisance national canadien dédié à la prévention des blessures, a révélé que plus d’un quart des parents canadiens trouvent que les embouteillages se sont aggravés autour des écoles.

Ce sondage vise à évaluer l'incidence des mesures de santé publique en contexte de COVID-19 sur la présence à l'école et la sécurité routière en zone scolaire.

Voici quelques points qui en sont ressortis :

  • Bien qu'il y ait d'importants écarts d'une région à une autre, 73 % des élèves du préscolaire au secondaire 2 de partout au pays assistent à leur cours en personne à temps plein.
  • Un tiers (34 %) des parents ont apporté d'importants changements à la manière dont leurs enfants se rendent à l'école et en reviennent. 71 % des élèves se font maintenant conduire à l'école en voiture, font partie d'un covoiturage ou marchent, comparativement à 45 % avant la COVID-19.
  • On note une baisse importante du nombre d’enfants prenant l’autobus scolaire ou les transports en commun (42 % avant la COVID‑19 contre 22 % cet automne).
  • Les parents canadiens estiment que les embouteillages (45 %) et les excès de vitesse (40 %) dans les zones scolaires et à proximité sont les plus graves problèmes de sécurité routière.
  • Les embouteillages, ainsi que les conducteurs qui commettent des excès de vitesse, n'observent pas les panneaux de circulation et exécutent des manœuvres de recul dangereuses, sont considérés comme les plus importantes menaces pour la sécurité des enfants.

« Les résultats de ce sondage nous rappellent qu'il continue d'y avoir de graves problèmes de sécurité dans nos zones scolaires et que nous ne devons pas l'oublier, même en temps de pandémie », a déclaré Pamela Fuselli, présidente-directrice générale de Parachute.

Le programme Sécurité routière au niveau primaire s’attaque aux sources des préoccupations révélées par le sondage

Un quart des parents sondés ont indiqué des mesures qui, selon eux, favoriseraient le transport actif, par exemple la réduction de la circulation autour de l’école aux heures d’arrivée et de départ des enfants et une intensification de la surveillance de la circulation, p. ex. par des agents de police et des brigadiers scolaires. Toutefois, 41 % ont indiqué qu'aucune des mesures suggérées ne les encouragerait à laisser leurs enfants se rendre à l'école à pied ou à vélo.

Le programme Sécurité routière au niveau primaire est né de la collaboration de Parachute et d’Aviva - Unis pour des routes plus sûres et vise, entre autres choses, à encourager le transport actif afin de rehausser la sécurité aux abords des écoles.

« Nous voulons que les parents et les membres des collectivités de partout au Canada sachent qu'il existe des manières éprouvées et efficaces de réduire le risque de blessures pour les enfants dans les zones scolaires, a ajouté madame Fuselli. À titre d'exemple, nous pouvons améliorer la sécurité de ces zones en réduisant le nombre de véhicules déposant et cueillant les enfants, en veillant à ce que les conducteurs respectent les limites de vitesse et en réaménageant l'environnement routier autour de l'école. »

Dans le cadre du programme Sécurité routière au niveau primaire, nous appuierons 20 écoles primaires de partout au Canada pendant cinq ans dans leurs efforts pour apporter des changements concrets à l'environnement bâti qui augmenteront la sécurité de leur zone scolaire.

Une version numérique du guide du Programme a aussi été créée et donne aux membres des collectivités les outils nécessaires pour aborder et résoudre les problèmes de sécurité dans les zones scolaires de leur quartier. « Les parents, les enseignants et les activistes communautaires peuvent télécharger le guide du programme Sécurité routière au niveau primaire pour découvrir comment rendre plus sécuritaires les zones scolaires de leur collectivité », d’affirmer Catherine Brown, vice-présidente, Marketing et Responsabilité sociale à Aviva Canada.

« La sécurité routière à proximité des écoles primaires demeure une priorité de première instance et les conclusions de ce sondage font ressortir un important besoin, pour la société au sens large, de continuer d'investir dans la sécurité routière. Et c’est ce que nous continuerons de faire par l’intermédiaire de notre plateforme Unis pour des routes plus sûres », de conclure Catherine Brown.

Cliquez ici pour lire les résultats complets du sondage (angl. seul.).

 

Les renseignements contenus dans cet article sont donnés à titre informatif uniquement. Ils ne sauraient remplacer l’avis de professionnels ou d’experts en la matière.